S’il y a une chose, dont on peut être sûr concernant les tendances alimentaires actuelles, c’est qu’il existe une demande pour les aliments sans gluten.
 
Les produits sans gluten, qu’on devait autrefois chercher dans les magasins d’aliments de santé, à l’autre bout  de la ville, figurent maintenant couramment sur les étagères des épiceries courantes du monde entier.

Total Shares 0


Des rayons entiers de sans gluten figurent dans les grandes surfaces,  non seulement sous forme de produits prêts à l’emploi, mais souvent aussi de farines spéciales et de céréales nécessaires pour préparer vos propres créations sans gluten chez vous.

 

 

Pourquoi cet intérêt soudain ?

Bien plus encore, nous avons constaté un regain d’intérêt pour le régime sans gluten devenu une réelle tendance, même chez de nombreuses personnes souffrant de sensibilité au gluten, sans pour autant souffrir de la maladie cœliaque (sensibilité au gluten non cœliaque; SGNC), qui prétendent mieux vivre après avoir éliminé le gluten de leur alimentation. Comme ce régime alimentaire devient de plus en plus populaire chez les SGNC, et ceux qui pensent qu’il serait   une bonne chose, il est important de garder en tête son origine : la maladie cœliaque.

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune digestive, qui peut toucher une personne sur 100 en Europe. Également connue sous le nom de sprue, ou entéropathie sensible au gluten,  elle se traduit par une réaction négative au gluten.  Le gluten, contrairement à la croyance populaire, ne signifie pas  blé. Le gluten est une protéine présente dans le seigle, l’orge, du blé et des centaines d’aliments qui sont faits avec ces grains — on le trouve souvent en boulangerie car sa consistance collante emprisonne le gaz dans la pâte qui lève.

Lorsqu’une personne atteinte de la maladie cœliaque mange un aliment contenant du gluten, son système immunitaire réagit, et endommage la muqueuse de l’intestin grêle. Ces dommages rendent difficile pour le corps, d’absorber les nutriments tels que lipides, fer, calcium et acide folique.

Quels problèmes de santé peuvent-ils être occasionnés par la maladie cœliaque ?

Elle est accompagnée par une détresse gastro-intestinale grave à court terme, et on pourrait penser que c’est déjà beaucoup. Malheureusement, par nature, la maladie cœliaque endommage l’intestin grêle, d’une manière qui gêne le corps au moment de puiser dans l’alimentation les éléments indispensables. Cela signifie que lorsque elle n’est pas diagnostiquée ni traitée, la maladie cœliaque  inhibe lentement la croissance et la stabilité de l’organisme, car il ne parvient pas à puiser dans les aliments les nutriments qui lui sont nécessaires.

A long terme, tout désordre à mettre sur le compte de la malnutrition peut en fait provenir d’un plus grand problème; la maladie cœliaque. Certains problèmes de santé causés par la maladie cœliaque incluent :

  • Fausse couche
  • Infertilité
  • Ostéoporose, ce qui peut conduire à des fractures
  • Cancer de l’intestin
  • Problèmes de croissance chez les enfants et ados
  • Crises épileptiques
  • Malformations congénitales, comme les malformations du tube neural

Ceux qui vivent avec la maladie cœliaque (elle-même maladie auto-immune), peuvent aussi souffrir d’autres maladies auto-immunes telles que :

  • Diabète de type 1
  • Lupus
  • Maladie de la thyroïde (y compris de Hashimoto)
  • La polyarthrite rhumatoïde
  • Syndrome de Sjögren

Suis-je un sujet à risque pour la maladie cœliaque ?

Face à une longue liste de maladies graves, à long terme et des troubles comme ceux ci-dessus, la question naturelle est: « Comment puis-je empêcher que cela m’arrive? »

Bien qu’il existe de nombreux troubles (comme le diabète de type 2) qui peuvent être évités grâce à  des changements de style de vie, la maladie cœliaque n’en fait malheureusement pas partie. Elle est héréditaire, et si vous avez un parent du premier degré (parent, enfant, fratrie) atteint par la maladie, alors, vous avez un risque de 1 sur 10 de l’avoir vous-même.

C’est la mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle est que la maladie cœliaque peut ne pas être accompagnée de cette longue liste de maladies auto-immunes et autres; causées par la malnutrition. La seule façon de traiter la maladie cœliaque est également le moyen plus simple et le plus important : le régime sans gluten.

Le système immunitaire est censé protéger notre organisme contre les envahisseurs, tels que maladie ou des germes nocifs. Mais lorsqu’une personne atteinte de la maladie cœliaque mange un aliment contenant du gluten, le système immunitaire traite le gluten comme si c’était un de corps étranger. Les anticorps attaquent le gluten, qui attaque à son tour la muqueuse de l’intestin.

Les intestins contiennent de minuscules structures appelées villosités, qui sont conçues pour absorber les nutriments des aliments. Mais quand le gluten attaque la muqueuse intestinale, les intestins sont enflammés. Cela provoque une douleur à court terme et un inconfort, ce qui est le moindre des problèmes. Il endommage aussi les villosités, et le corps est incapable d’absorber les nutriments des aliments. Si rien n’est fait, une personne avec la maladie cœliaque peut manger des produits sans gluten vingt-quatre heures sur vingt-quatre et souffrir encore de malnutrition.

Comment puis-je savoir si j’ai la maladie cœliaque ?

Vous devez faire le test afin de confirmer la maladie cœliaque, mais il n’y a généralement pas besoin d’être testé si vous ne sentez pas que vous avez un problème. S’il est vrai que la plupart des cas de maladie cœliaque demeurent non diagnostiqués, il est également vrai que certains symptômes de la maladie cœliaque peuvent se manifester et certaines hérédités  peuvent prédisposer une personne. Si vous ne souffrez d’aucun des symptômes, il y a toutes les chances  que vous supportiez une alimentation contenant du gluten. Si vous êtes génétiquement prédisposé, vous pouvez éviter préventivement le gluten.

Si vous avez au moins une certaine partie des symptômes ou des antécédents familiaux, allez faire le test ! Vous n’avez rien à perdre, et un diagnostic précoce ou la confirmation de la sensibilité peuvent être cruciaux pour votre santé à long terme. Une étude réalisée en 1999 sur des patients atteints de la maladie cœliaque, a constaté que plus tardif est le diagnostic, plus grand est le risque de développer une maladie auto-immune supplémentaire.
Voici les symptômes à surveiller, en particulier chez les nourrissons et les enfants :

  • Constipation
  • Irritabilité
  • Selles pâles ou grasses (c.-à-d., aspect graisseux et/ou flottant plutôt que tombant)
  • Puberté et croissance retardées
  • Petite taille
  • Retard staturo-pondéral
  • Perte de poids
  • Épuisement
  • Troubles du déficit de l’attention, hyperactivité (TDAH)
  • Ballonnement abdominal et douleur
  • Diarrhée
  • Vomissements
  • Défauts sur l’émail des dents permanentes

Alors que la maladie cœliaque est plus décelable chez les enfants quand ils souffrent de symptômes digestifs, les adultes sont beaucoup moins susceptibles de présenter de tels symptômes. Au lieu de cela, ceux qui souffrent de la maladie cœliaque sont susceptibles de souffrir de :

  • Douleur osseuse
  • Ostéoporose
  • Douleurs articulaires
  • Anémie ferriprive
  • Engourdissement des mains et des pieds
  • Crises épileptiques
  • Migraines
  • Fatigue
  • Arthrite
  • Absence de menstruations
  • Infertilité
  • Fausse couche
  • Aphtes
  • Dépression
  • Anxiété
  • Eruption de la peau, démangeaisons (dermatite herpétiforme)

Donc, j’ai la maladie cœliaque. Qu’en est-il maintenant ?

Quelques petites choses à savoir :

  1. Il n’y a actuellement aucun traitement connu.
  2. S’en tenir à un régime sans gluten peut empêcher tous les autres dommages.

Oui, c’est vrai que vous n’allez pas trouver une pilule qui peut convaincre votre corps d’accepter le gluten désormais. Et c’est vrai que la seule façon d’aller de l’avant d’une manière saine, est de traiter votre maladie cœliaque comme une allergie grave — les personnes souffrant d’allergies aux arachides doivent éviter tout contact avec des arachides, et ce que vous avez à faire est similaire.

Cela dit, l’intéressant dans la comparaison avec l’allergie, c’est que les gens qui évitent les aliments auxquels ils sont allergiques se portent généralement très bien une fois qu’ils ont appris à le faire. Si votre maladie cœliaque a été laissée non traitée assez de temps pour causer des dommages importants (comme les autres maladies auto-immunes), alors ceux-ci auront besoin d’être traités par votre médecin. Mais en ce qui concerne la source du problème lui-même, la maladie cœliaque, la seule chose que vous pouvez faire est de repenser votre relation à l’alimentation. Vous aimez d’ordinaire des muffins à base de blé — et ils détruisent vos intestins — que faire ensuite ?

D’une part, cela peut être un véritable défi pour ceux qui ont la maladie cœliaque de mettre suffisamment de céréales à leur menu — au moins quand ils en sont encore à s’habituer à leurs nouvelles restrictions alimentaires. Les céréales sont une excellente source de glucides complexes (y compris les fibres), des vitamines et minéraux. Alors que vous ne pourrez pas manger de céréales sans faire attention, cohabiter avec la maladie cœliaque peut vous donner la chance d’être plus attentifs sur les céréales que vous choisissez comme substituts, et qui peuvent être un atout majeur. Des céréales entières sans gluten, comme le quinoa, le lin, le millet, le sorgho et le teff, empêcheront les lésions intestinales et offriront plus d’avantages nutritionnels que la farine blanche ne l’a jamais fait.

Voici quelques exemples de produits sans gluten sains, pour vous aider à démarrer :

Pains

  • Pains, muffins et bagels fabriqués à partir de pommes de terre, haricot, soja, riz, sorgho maïs, teff ou autres farines
  • Crêpes, gaufres et croûtes de pizza, fabriqués à partir de farines sans gluten
  • Tortillas de maïs
  • Des produits de boulangerie fabriqués à partir de farines sans gluten

Céréales

  • Riz soufflé ou quinoa
  • Flocons de corn flakes, amarante, flocons de riz
  • Céréales cuites fabriqués à partir de maïs (grains, semoule), riz, amarante, quinoa ou pur sarrasin

Snacks

  • Maïs soufflé
  • Galettes de riz
  • Chips de maïs ou pomme de terre

Autres

  • Riz
  • Kasha
  • Pâtes alimentaires (à base de quinoa, maïs, riz, amarante, pur sarrasin ou légumineuses)
  • Lin
  • Quinoa
  • Maïs
  • Millet

Comme avec n’importe quel trouble grave, obtenir un diagnostic de la maladie cœliaque peut être angoissant. Tout d’un coup, vous devez respecter un régime alimentaire — pas un régime de convenance que vous pouvez arrêter quand vous être invité à un brunch, mais un régime alimentaire qui vous gardera en vie.

Mais voici une autre façon de réfléchir à ce sujet. Maintenir un régime sans gluten gardera avant toute chose votre corps en état. Vous serez en mesure d’assimiler des éléments nutritifs que vous n’aviez jamais avant, et vous ne souffrirez pas de malnutrition. Mais maintenir un régime sans gluten est également une opportunité. Ce besoin soudain de planification et de structure dans vos repas pourrait être juste ce qu’il faut pour vous pousser à faire les bons choix. Non seulement vous serez en mesure d’absorber ces nutriments, mais peu à peu vous  pourrez en élargir la source.

Apprenez comment booster votre métabolisme pour brûler la graisse en cliquant aussi. Pour en apprendre plus, cliquez ici.

 

Total Shares 0

Comments 1

  1. Photo du profil de debeck

    J ai 48 ans voilà 1 an que j aie attraper la maladie je n arrive pas à gérer tj douleur migraine et au fait je cherche quelqu’un un qui pourrait M aidé pour la cuisine voir une fiche d’ une semaine qui pourrait M aider à voir

Laisser un commentaire